Ligue 1 : Monaco lâche encore des points face à Nîmes (1-1)

Bousculés en début de match, les Monégasques n’ont pas réussi à renverser le valeureux promu nîmois (1-1). Les hommes de Leonardo Jardim perdent une occasion précieuse de revenir sur l’OL et l’OM.

Le match : 1-1

Après un début de saison laborieux (5 points en 5 matches), et une défaite en Ligue des champions contre l’Atlético de Madrid mardi, les hommes de Leonardo Jardim n’avait qu’un objectif ce vendredi soir : gagner, enfin, à domicile et se relancer en championnat avant l’Olympico de dimanche soir. Face à eux, le Nîmes Olympique, promu séduisant et prolifique en ce début de saison avec déjà 12 buts inscrits (troisième meilleure attaque de Ligue 1). En mode diésel, l’ASM a dominé l’ensemble de la partie, sans parvenir à s’imposer (1-1). Le club de la principauté accuse déjà 2 points de retard sur l’OL, et cinq sur l’OM. Pire, il reste sur six matches sans victoire, sa pire série depuis huit ans (voir par ailleurs).

Avec six changements par rapport à l’équipe de mardi, Leonardo Jardim a misé sur la fraîcheur face à Nîmes. Inédite, la défense de l’ASM a surpris  : Raggi, Barreca et N’Doram remplaçaient Sidibé, Jemerson et Henrichs. Leur manque de complémentarité a vite sauté aux yeux. Antonin Bobichon plaçait deux frappes lointaines, et dangereuses, avec trop de facilité (3e, 9e). Déjà buteur contre Paris, le milieu nîmois s’est mué en passeur à Louis-II. À la retombée d’un de ses coups francs, Briançon plaçait une tête puissante sous la barre de Benaglio (1-0, 19e). La gâchette nîmoise frappait encore. Mais les faiblesses défensives de l’équipe de Bernard Blaquart n’ont pas disparu. Plein axe, Falcao égalisait d’une frappe lointaine (1-1, 27e). Intenable, le capitaine de l’ASM manquait le doublé, en butant sur Bernardoni  (39e). Excellent face à l’OM, le gardien nîmois a sauvé son équipe avant la pause, sur un coup-franc lointain de Tielemans (45e). Gêné en début de match, l’ASM terminait fort… 

… et repartait sur le même rythme. D’une frappe lourde, Diop faisait une nouvelle fois briller Bernardoni. À l’affut, Mboula ne cadrait pas sa reprise (48e). Monaco insistait, emmené par son capitaine Falcao. Mais, les tentatives du Tigre trouvaient la barre (53e) ou les nuages (57e). Dépassés dans le jeu, les Nîmois s’en sont remis aux coups de pied arrêtés. Le duo Bobichon-Briançon n’était pas loin de refaire le coup de la première période, mais Benaglio claquait en corner (63e). Leonardo Jardim décidait alors d’injecter du sang-neuf avec les entrées de Grandsir et Sylla. Le premier centrait pour le second, qui ne cadrait pas sa reprise (81e). Malgré l’entrée de l’attraction russe Golovin pour les vingt dernières minutes de jeu (voir par ailleurs), Monaco ne parvenait pas à prendre le dessus. Son maigre public peut être déçu : l’ASM n’a pris que deux points sur neuf possibles à domicile depuis le début de la saison.

Le fait du match : les premiers pas de Golovin

Transféré à prix d’or (30 millions d’euros) cet été, Aleksandr Golovin a disputé ses premières minutes sous le maillot de l’AS Monaco, ce vendredi soir face à Nîmes. Touché à la cheville droite début août, l’international russe a disputé vingt minutes, comme l’avait annoncé son entraîneur en conférence de presse.

S’il n’a pas réussi à débloquer la situation, Golovin a fait parlé sa technique par des décalages bien sentis (73e) et une frappe dangereuse (85e). Pour enfin lancer sa saison, l’ASM peut – et doit – compter sur sa star russe. Leonardo Jardim avait indiqué qu’elle aurait besoin de « deux ou trois matches » pour exprimer pleinement son talent. Vite, le temps presse.

Le joueur : Paul Bernardoni sort le grand jeu

Si le Nîmes Olympique est l’avant-dernière défense de Ligue 1, où en serait-il sans Paul Bernardoni ? Auteur d’un excellent début de saison, le gardien des Crocos a une nouvelle fois réalisé une grande partie à Louis-II. Après un début de match tranquille, il a sauvé son équipe avant la pause, avec deux réflexes spectaculaires sur une tête de Falcao (39e) et un coup franc lointain de Tielemans (45e).

L’ancien portier de Bordeaux a récidivé dès l’entame de la seconde période, avec une superbe horizontale sur une frappe lourde de Diop (48e). La chance était même de son côté : la barre transversale le sauvait sur une reprise de volée de Falcao à bout portant (53e). Autoritaire dans les airs, il dévie une reprise dangereuse de Sylla sur corner en fin de match (86e). Un match solide. Il sera, à n’en pas douter, l’un des hommes de clé de l’opération maintien.

Le chiffre : 6

L’AS Monaco n’a plus gagné depuis six matches, toutes compétitions confondues. C’est la pire série du club de la principauté depuis décembre 2010 (six matchs sans victoires également). Cette saison-là, l’ASM avait été reléguée en Ligue 2.

Clément Commolet