Lutte pour le podium – Lyon, le dindon de la farce ?

Le titre de champion étant promis au Paris Saint Germain, la lutte pour les deuxième et troisième marches du podium demeure passionnante. Ils sont encore trois en lice pour deux places. Championne de France l’an passé, l’AS Monaco (2e, 60 pts) est pour l’instant la mieux placée pour accéder directement à la Ligue des champions. Derrière, l’Olympique de Marseille (3e, 56 pts) et l’Olympique Lyonnais (4e, 51 pts) restent à la lutte. Mais les Gones peuvent-ils tenir le rythme ? 

« On a besoin d’être en C1. » Simple, clair et concis. Le message est signé Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais. Après avoir dominé le football français au début des années 2000, son club est plus à la peine ces dernières années. Pour repartir de l’avant,  l’OL a besoin de la Ligue des champions, pour ses revenus et de son exposition. La recette pour y accéder ? Faire partie du podium de la Ligue 1. Mais la concurrence est rude, et Lyon pourrait échouer dans sa quête…. À moins que.

La malédiction des mugs 

21 janvier 2018, 22h48. Excentré côté gauche,  l’attaquant lyonnais Memphis Depay reçoit le ballon. L’attaquant néerlandais rentre sur son pied droit, arme une frappe soudaine du coup du pied qui trouve la lucarne droite d’Alphonse Areola. Le but est magnifique, le stade explose. L’Olympique Lyonnais vient de battre le Paris Saint Germain, au terme d’un match dantesque.



Toute une ville s’embrase, et certains Lyonnais s’enflamment. C’est le cas des responsables de la boutique du club. Le lendemain, des mugs à l’effigie de la victoire sont mis en vente sur le site de l’OL. Depuis ? Les hommes de Bruno Genesio boivent la tasse. Les effets au classement sont immédiats. Entre la 22e journée (21 janvier) et la 28e journée (2 mars), Lyon passe de la 2e à la 4e place.



Surtout, qu’en même temps, les concurrents de l’Olympique Lyonnais engrangent des points. Depuis la victoire face à Paris, l’OL présente le pire bilan de tout le championnat, avec trois nuls et trois défaites en six matchs  ! À côté, l’AS Monaco enchaîne (4 victoires et 2 nuls), et l’Olympique de Marseille limite la casse (2 victoires, 3 nuls et une défaite).


 


Des carences dues à un manque d’expérience 

Face aux meilleures équipes du championnat, les coéquipiers de Nabil Fékir sont souvent au rendez-vous. Contre les trois autres mastodontes du championnat (PSG, AS Monaco, OM) l’Olympique Lyonnais présente un bilan plus qu’honorable  (3 victoires en 5 matchs contre les trois premiers de  Ligue 1).  C’est mieux que les Monégasques (2 victoires, 1 nul, 2 défaites) et les Marseillais (2 nuls, 3 défaites). Une tendace se dessine : l’OL sait gérer les grands rendez-vous.



Dans les rencontres de haut-vol, la fougue lyonnaise triomphe souvent. Mais l’OL se fait aussi remarquer par son incapacité à garder les scores. À moult reprises, les jeunes Gones menaient au tableau d’affichage, pour finalement se faire rejoindre. Retour sur quatre exemples marquants, qui ont finalement coûté huit points aux Lyonnais.



Comment expliquer cette mauvaise habitude ? Le manque d’expérience joue beaucoup. Depuis quelques années, la stratégie de l’Olympique Lyonnais est de s’appuyer sur les jeunes pousses de son centre de formation. Les avantages sont nombreux. Mais à trop user de la carte jeune, Lyon finit par perdre des points, par manque de roublardise. Les différences d’âge et d’expérience avec l’OM ou l’ASM sont, d’ailleurs, flagrantes.


Loading...

Loading…

Une autre alternative

 L’OL peut-il rattraper sa mauvaise fin d’hiver par un printemps brillant ? Les statistiques peuvent rassurer les supporters lyonnais.  Depuis l’instauration de la Ligue 1 (2002-2003), seules 53% des équipes qui étaient en tête à la 28e journée l’étaient encore à la fin du championnat (8 fois sur 15).

Pourtant, il reste neuf journées avant la fin du championnat. Et la plupart des matchs entre les quatre équipes de tête ont déjà été joués (10 sur 12). Reste à jouer un OM-OL (18 mars), et un PSG-Monaco (15 avril).  Il faudrait donc un effondrement des Monégasques et/ou des Marseillais pour que les Lyonnais puissent espérer atteindre la Ligue des champions.



La Ligue des champions (C1), une peine perdue donc ? Pas tout à fait. Car il existe un autre moyen d’y accéder. Encore engagé en Europa League (C3), l’OL peut espérer atteindre la plus prestigieuse des compétitions européenne (C1), en cas de victoire en C3. Cela tombe bien : la finale de l’Europa League se dispute, cette année, au Groupama Stadium de… Lyon. Un nouveau chapitre dans la belle histoire européenne de l’Olympique Lyonnais ?


Les grandes heures européennes de l’OL de clement commolet


Conclusion : L’après PSG a été très mal géré par l’Olympique Lyonnais.  Après leur victoire contre le club de la capitale, les hommes de Bruno Genesio ont étrangement baissé le pied en championnat. Cet écart semble difficile à combler, à neuf journées de la fin. Pour atteindre la Ligue des champions l’année prochaine, les Gones auraient donc un grand intérêt à tout miser sur… l’Europa League. Un choix risqué, mais qui peut s’avérer payant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *